Les Filles de Marie Immaculée d'Agen

Religieuses Marianistes ont été fondées par la Bienheureuse Adèle de Batz de Trenquelléon et le Bienheureux Guillaume-Joseph CHAMINADE

Bienheureuse Adèle de Batz de Trenquelléon Bienheureux Guillaume-Joseph CHAMINADE

1789 Naît au château de Trenquelléon dans le Lot et Garonne.

1761 Naît à Périgueux.

1785 Est ordonné prêtre.

1789 Durant la Révolution, exerce son ministère à Bordeaux, dans la clandestinité.

1797 Part en exil avec sa mère et son jeune frère en Espagne puis au Portugal.

1797 Part en exil avec sa mère et son jeune frère en Espagne puis au Portugal.

1801 De retour, marquée par la misère des campagnes, sert les pauvres qui viennent au château.

1804 Fonde la « Petite Société » pour vivre l’Évangile avec ses amies.

1801 Fonde la « Congrégation » : groupe de laïcs (hommes ou femmes) qui se consacrent à Marie pour la mission.

1808 Entre en contact avec le P. CHAMINADE : la « Petite Société » se rattache à la
« Congrégation » de Bordeaux. Crée une petite école au château.

1808 Envoie des documents à Adèle sur la Congrégation. Échange avec elle sur le projet de fondation d'une communauté religieuse.

1816 Fonde à Agen les Filles de Marie (religieuses marianistes).
Ouvre une école gratuite à Agen, à Tonneins, un pensionnat à Condom puis à Arbois. Continue à instruire dans la foi des femmes de la « Congrégation ».

1817 Fonde à Bordeaux la Société de Marie (religieux marianistes).
Ouvre des écoles à Bordeaux, Agen…
Fonde une école pour former les instituteurs et une école professionnelle.

1828 Meurt à Agen.

1850 Meurt à Bordeaux.

2018 Est béatifiée par le Pape François. Fêtée le 10 janvier.

2000 Est béatifié par le Pape Jean-Paul II. Fêté le 22 janvier.

Vie religieuse marianiste

Les soeurs marianistes vivent dans des communautés dont Jésus est le centre. C’est lui qui, vivant au milieu d’elles, leur permet de faire l’apprentissage de l’amour et d’en témoigner. Elles mettent en commun leurs talents, le fruit de leur travail et mènent une vie sobre. Elles partagent ce qui les fait vivre. Dans une société où tout va de plus en plus vite, elles adoptent un rythme de vie différent. Ainsi leur journée est ponctuée par des temps de silence et de prière en commun, la fréquentation de la Parole de Dieu. Cela nourrit leur relation personnelle avec le Christ, et devient source de dynamisme pour la mission, mission qu’elles accomplissent avec Marie. Elles prient pour tous ceux auprès de qui elles sont envoyées, en particulier les jeunes et les moins favorisés.

Place de Marie chez les Marianistes

Marie est la Mère de Jésus. Elle l’a élevé, attentive à ses besoins et à l’écoute de ce qu’il était. Marie, Mère de Dieu est aussi notre Mère. Elle nous aide à grandir en humanité et nous conduit à Jésus. Les religieuses marianistes sont en mission avec Marie. Comme et avec Marie, elles accompagnent enfants, jeunes, adultes, personnes âgées sur leur chemin de vie dans le respect et la confiance. Elles désirent que chacun puisse découvrir la tendresse de Dieu.

Oh ! mon Dieu, mon coeur est trop petit pour vous aimer, mais il vous fera aimer de tant de coeurs, que l’amour de tous ces coeurs suppléera à la faiblesse du mien.

Lettre d’Adèle DE BATZ du 4 mai 1818

Oh ! Notre oeuvre est grande, elle est magnifique ! Si elle est universelle, c'est que nous sommes les missionnaires de Marie qui nous a dit : « Faites tout ce qu’Il vous dira ! »

Lettre de G.J. CHAMINADE du 24 août 1839